Catégories
Non classé

Du peps pour affronter le froid de l’hiver !

Image situation

Tout au long de son évolution, l’homme s’est adapté à son environnement, mais surtout il a pu mettre à profit cet environnement pour en prélever les ressources indispensables à sa survie. Au niveau de son alimentation l’homme s’est un peu éloigné de cet environnement, en privilégiant l’alimentation industrielle.

La tendance actuelle privilégie un retour aux sources avec une multitude de livres ou vidéo didactiques traitant de la consommation des plantes sauvages ou d’épices comme la noix de muscade, la cannelle, les clous de girofle, le gingembre et autre curcuma.

Au CEFOR à Namur. Lucille Quataert donne des cours de « Cuisine sauvage ». C’est à dire l’étude et la cuisine des plantes « sauvages » de …  notre environnement proche.

Sans devoir aller dans votre portefeuille pour acheter ces épices exotiques avec un impact carbone assez conséquent, pourquoi pas une petite balade au pied de votre porte à la rencontre d’ingrédients dignes d’intérêt. Dans la gamme des recettes étudiées Lucille Quataert, propose des biscuits au cynorhodon et faînes. Ces biscuits pourraient vous apporter ce tonus dont vous aurez grandement besoin pour affronter le froid de l’hiver qui s’annonce.

Voici la recette proposée par Lucille Quataert

Le cynorhodon (églantier, Rosa canina L., le fruit, cynorhodons) appelé vulgairement « gratte-cul » est riche en vitamine C (20 fois plus que les oranges), mais aussi en vitamines B et PP, en provitamine A et en sels minéraux. Il contient des sucres tels que saccharose et lévulose.

 

Les faînes (les graines du hêtre, Fagus sylvatica L.) sont des fruits secs riches en lipides (elles contiennent 40 % de matières grasses constituées de 75 % d’acides non-saturés) et glucides.

Faines

Ingrédient de la recette pour 10 couverts.
Cynorhodon :150 gr
Poudre d’amande :100 gr
Flocons d’avoine : 50 gr
Graines de chanvre : 45 gr
Faînes : 55 gr
Sel : une pincée
Jus de pomme : 50 ml
Purée d’amande : 1 cuillère à soupe
Miel : 3 cuillère à soupe

La recette, préparer les cynorhodon.
Conserver uniquement les plus beaux fruits. Équeuter et les laver à l’eau claire. Bien égoutter et sécher.
Couper les cynorhodons en deux dans le sens de la longueur.
Épépiner afin de ne conserver que la partie extérieure charnue et rouge.
Réserver 50 gr et hacher finement.

Préparer les autres ingrédients.
Torréfier légèrement les faînes qui ont été débarrassées de l’écorce et concasser.
Mixer le jus de pomme avec le miel et la purée d’amande.

Préparer la pâte.
Placer tous les ingrédients secs dans un saladier : faînes, graines, cynorhodons, sel, flacons d’avoine, poudre d’amande.
Mélanger, incorporer la préparation mixée à base de jus de pomme.
Mélanger à nouveau afin d’obtenir un résultat plus ou moins homogène.
Aplatir la pâte sur une feuille de papier sulfurisé, sur une épaisseur d’un centimètre.
Découper la pâte à l’aide d’une roulette à pizza ou moyennant un emporte-pièce.
Enfourner dans un four préchauffé à 150° et cuire pendant 30 minutes.

Refroidir et déguster.
Bon appétit.

Catégories
Non classé

Vergnies : devoir de mémoire 9, 10 et 11 septembre

Archive personnelle musée Caen

Le Comité de Mémoire de Froidchapelle a été officiellement créé, il y a environ 2 ans à l’initiative d’Alain Vandromme, le bourgmestre. Dès l’appel lancé, de nombreuses personnes se sont montrées intéressées. Le Comité de Mémoire regroupe actuellement une petite vingtaine de personnes. Le but de ce Comité est de ne pas oublier ce qu’il s’est passé dans la région durant les deux guerres mondiales. Mais également de commémorer et de se rappeler ceux qui se sont sacrifiés pour notre liberté. Les activités n’ont pas pour but de célébrer bêtement la guerre et tout ce qui s’y rapporte (hommes, véhicules, matériels, histoires,…) mais également de faire participer les villageois et de rencontrer les enfants des écoles pour leur expliquer ce qu’il s’est passé et transmettre un message de paix.

Vergnies
Archive : Commémoration Vergnies
Archive : commémoration Erpion
Archive Commémoration Boussu-lez-Walcourt

Les activités organisées.
L’entité de Froidchapelle compte 5 villages. Chaque année à la même date, soit le deuxième week-end de septembre (9-10-11/09 cette année), un village accueille une commémoration. L’année passée, elle s’est déroulée à Erpion. L’année prochaine à Boussu-lez-Walcourt.

Une semaine chargée à Vergnies.
L’installation du site avec le montage des tentes commence le 5 septembre. Le 7 septembre, les écoles de Renlies, Barbençon et Solre-Saint-Géry seront accueillies sur le camp. Le lendemain les écoles de Cerfontaine et vendredi les écoles de Froidchapelle. En plus de toutes les informations historiques cette dernière aura le privilège de pouvoir faire le trajet entre leur école et le camp en véhicule d’époque. Souvenirs que ces chères petites têtes blondes apprécieront. 

Photo archive personnelle

Activités à l’intention du public.
Vendredi soir, le camp est ouvert au public avec déjà quelques activités. Il en sera de même tout au long du week-end. Camps d’époque (américain et allemand), des véhicules et du matériel, des expositions sur le camp mais aussi dans l’église du village, un stand photo ainsi que la présence d’un dessinateur, les vestiges d’une tour d’observation allemande sur le terrain sur lequel se déroule les festivités, inauguration de monuments, grimage pour les enfants, petit son et lumière le soir, patrouilles et embuscades, scènes de vie dans un hôpital de campagne américain, balade mémorielle, restauration sur réservation et petite restauration, buvette, un gîte pour les personnes qui veulent rester sur place mais qui n’ont pas de tente…Bref, de quoi passer un bon moment en famille ou entre amis.

Programme complet :

Friday, September 09, 2022

04 :00 pm : Ouverture du camp au public

05 :00 PM : Dévoilement du panneau didactique « Tour de VERGNIES »

06 :30 pm : Souper

07 :30 pm : Scènes de vie dans un hôpital de campagne US

08 :00 pm : Animation « Tour allemande »

08 :00 pm : Droping de nuit, marche et infiltration

Saturday, September 10, 2022

09:00 Am : Ouverture du camp au public et lever des couleurs US

10:00 am : départ de la balade mémorielle des véhicules d’époque

11:00 am : sur le camp : scènes de vie hôpital de campagne

11:45 am : hommage au 23 -ème r.t. algérien (durant la balade)

12:00 am : rentrée au camp du convoi mémoriel

00:30 – 01:30 pm : dîner

01:45 pm : saynète blessé dans le village

02:15 pm : scène de vie hôpital de campagne

03:15 pm : saynète d’arrestation par les allemands avec blessé au gîte

03:30 pm : scène de vie hôpital de campagne

04:15 pm : patrouilles en jeep dans le village

06:00 – 07:30 pm : souper

07:30 pm : saynète + scène de vie hôpital de campagne

08:30 pm : son et lumière : passage de bombardiers et vie à la « tour d’observation »

09:00 pm – 01:00 am : glenn miller en nocturne

Sunday, September 11, 2022

09:00 am : Ouverture du camp au public et lever des couleurs us

09:00 – 12:00 am : bourse d’échange

10:45 am : départ du convoi pour le village

11:00 am : inauguration de la stèle du souvenir suivi du vin d’honneur au gîte

00:45 – 01:45 pm : dîner

01:45 pm : saynète escarmouche avec blessé + scène de vie hôpital de campagne

04:30 pm : défilé de la libération dans le village pour clôturer le camp

Infos complémentaires  : François Lemaire,  0476/24.18.28

Catégories
Beaumont

Un haricot et sa légende !

Cultivé depuis 9.000 ans sur le continent sud américain le haricot fait son apparition en Europe au cours du 18e siècle.
Au début, le haricot est cultivé pour ses graines, mais chez nous, il supplante les pois et fèves et colonise nos potagers.
De nos jours, le haricot qu’il soit nain ou à rame, est principalement cultivé pour sa gousse verte.

Un brin de connaissance.

Malgré son rendement et ses qualités gustatives exceptionnelles, une variété tend à disparaître de nos jardins, c’est le haricot du Saint Sacrement. Cette vieille variété est connue sous de très nombreux noms : haricot du Bon Dieu, haricot du Saint Esprit ou Nombril de bonne Sœur. Ces noms sont accompagnés de légendes, mais c’est sans doute son aspect qui a … enfanté ces légendes.

Avant de passer aux légendes, petit portrait de ce haricot à grains étrange : c’est un haricot à rames, les gousses contiennent entre 4 et 10 graines. Les grains ont un petit goût de noisette très appréciable. Ce sont des grains blancs ornés d’une minuscule tache noire en forme …d’ostensoir.
Ils n’en fallait pas plus … !

Les légendes.

La légende se construit au hasard des régions !
– L’auréole serait apparue sur des haricots où avait été enterré un ostensoir volé dans une chapelle.
– Lors de la Révolution Française, craignant les brigands, un curé cache le Saint-Sacrement sous des haricots à rame dans le jardin d’une de ses paroissiennes.
– Le signe serait apparu dans un champ de haricots d’un paysan ayant autorisé un vicaire portant le Saint-Sacrement à le traverser pour contourner une route inondée.
– Craignant les pillards, quelques paysans gardant le trésor du Christ, l’enterrèrent en semant par-dessus des haricots blancs.

Plus près de chez nous !

Annick Boidron, jardinière belge, a planté, récolté dans son jardin ce haricot du Saint Sacrement. Elle est intarissable sur ces grains qui lui ont été offerts par un jardinier de son village (aujourd’hui disparu) : Arthur Mousty.
C’est un grand amateur d’histoire et était aussi de son vivant un jardinier éclairé. C’est de lui qu’elle tient ses précieux haricots ostensoirs, et signale : « lorsqu’il m’a confié un petit sachet de haricots ostensoirs, Monsieur Mousty, qui était plutôt de nature joviale, a pris un ton solennel. J’ai bien compris qu’il ne fallait pas rigoler avec ces haricots-là, ces haricots sont en quelque sorte sacrés. (Cliquez sur le lien pour l’histoire d’Annick Boidron).

En prenant un peu de recul, il n’est non plus pas impossible de penser que les entreprises de vente de semences d’antan, aient recours à ce genre de stratagème pour booster les ventes … qui sait ?

Si la culture de ce haricot vous tente, je peux fournir quelques graines
à l’adresse :

gilbert.ost@actubotte.be

Catégories
Non classé

Le savoir-faire Belge.

Le soleil a du mal à percer la grisaille installée depuis quelques semaines sur la Belgique.
Qu’à cela ne tienne, je vous invite à prendre un bol de soleil en allant visiter le pavillon belge à l’occasion de l’Exposition Internationale de Dubaï. Un bel exemple du savoir-faire belge pour construire « The green Arch » sous des conditions climatiques … très peu accueillantes.

Catégories
Beaumont

Le tri Bèneu, une histoire de bière.

La Taverne du Tri Bèneu ouverte le 2 juillet !

Deux jeunes chevrotins, Adrien et Mallo ont acheté un bâtiment à la rue du Trieu-Benoit à Sivry. Une rue qui a connu une activité économique importante. Ce bâtiment a une longue histoire dans le monde brassicole. En effet, la bâtisse a abrité la brasserie Daublain jusqu’en 1924.

Près de 100 ans après, Adrien et Mallo vont redonner vie au bâtiment dans un esprit de « retour aux sources » en ouvrant une taverne portant le nom de Tri-Bèneu. Pourquoi Tri-Bèneu, cette réponse, vous pourrez la trouver dans la revue « Gâte et Vous » éditée par Christian Sol. En attendant la parution en août du numéro 2 du bulletin du village de Sivry, traitant du sujet, voici un avant-goût des infos que vous y trouverez : 

« Le Val Benoit est le nom qu’on attribue à l’ancienne brasserie Daublain depuis que celle-ci a été transformée en immeuble à appartements, accompagné d’un café-restaurant-hôtel. Le tout est situé à la rue du Trieu-Benoit, une rue qui, autrefois, a connu une activité économique brillante non seulement avec la brasserie mais aussi avec la filature Robinet …Il ne fait presqu’aucun doute que la ferme d’origine a été construite par la famille Daublain. En tout cas, c’est cette famille qui l’a occupée à partir de 1704. Trois générations de fermiers : Gilles, puis Pierre (1701-1769) et enfin Thomas Daublain (1746-1832). C’est un des fils de ce dernier, Jean-Baptiste (1776-1844), qui va créer la brasserie vers 1813. Trois générations de Daublain vont lui succéder : Jean-Baptiste fils (1812-1898) et son frère Thomas (1818-1880), célibataire, puis Constant (né en 1849), Fernand (1851-1928) et Achille (1864-1930), et enfin Henry (1891-1963), fils de Fernand. Ce dernier aura 2 filles : Annette et Nicole. Cette dernière restera dans l’immeuble et sera vendu en 1997. La famille Daublain a été une des familles les plus en vue à Sivry. On y menait grand train. Des réceptions importantes y avaient lieu régulièrement auxquelles d’importants personnages de la région étaient invités ».

La taverne, le tri Bèneu sera ouverte le 2 juillet, cette ouverture coïncide avec le quart de finale de l’équipe Belge à la coupe d’Europe des nations de football. Soyez sans crainte des écrans seront installés, vous pourrez de la sorte profiter d’une bonne bière et on l’espère, assister à la victoire des Belges face à l’Italie.

           La carte est bien étoffée, les bières régionales y prennent une belle place .

Pour info, l’espace assez important a permis à Adrien et Mallo de mettre en place les conditions utiles au respect des mesures sanitaires en vigueur.