Catégories
Beaumont

Un haricot et sa légende !

Cultivé depuis 9.000 ans sur le continent sud américain le haricot fait son apparition en Europe au cours du 18e siècle.
Au début, le haricot est cultivé pour ses graines, mais chez nous, il supplante les pois et fèves et colonise nos potagers.
De nos jours, le haricot qu’il soit nain ou à rame, est principalement cultivé pour sa gousse verte.

Un brin de connaissance.

Malgré son rendement et ses qualités gustatives exceptionnelles, une variété tend à disparaître de nos jardins, c’est le haricot du Saint Sacrement. Cette vieille variété est connue sous de très nombreux noms : haricot du Bon Dieu, haricot du Saint Esprit ou Nombril de bonne Sœur. Ces noms sont accompagnés de légendes, mais c’est sans doute son aspect qui a … enfanté ces légendes.

Avant de passer aux légendes, petit portrait de ce haricot à grains étrange : c’est un haricot à rames, les gousses contiennent entre 4 et 10 graines. Les grains ont un petit goût de noisette très appréciable. Ce sont des grains blancs ornés d’une minuscule tache noire en forme …d’ostensoir.
Ils n’en fallait pas plus … !

Les légendes.

La légende se construit au hasard des régions !
– L’auréole serait apparue sur des haricots où avait été enterré un ostensoir volé dans une chapelle.
– Lors de la Révolution Française, craignant les brigands, un curé cache le Saint-Sacrement sous des haricots à rame dans le jardin d’une de ses paroissiennes.
– Le signe serait apparu dans un champ de haricots d’un paysan ayant autorisé un vicaire portant le Saint-Sacrement à le traverser pour contourner une route inondée.
– Craignant les pillards, quelques paysans gardant le trésor du Christ, l’enterrèrent en semant par-dessus des haricots blancs.

Plus près de chez nous !

Annick Boidron, jardinière belge, a planté, récolté dans son jardin ce haricot du Saint Sacrement. Elle est intarissable sur ces grains qui lui ont été offerts par un jardinier de son village (aujourd’hui disparu) : Arthur Mousty.
C’est un grand amateur d’histoire et était aussi de son vivant un jardinier éclairé. C’est de lui qu’elle tient ses précieux haricots ostensoirs, et signale : « lorsqu’il m’a confié un petit sachet de haricots ostensoirs, Monsieur Mousty, qui était plutôt de nature joviale, a pris un ton solennel. J’ai bien compris qu’il ne fallait pas rigoler avec ces haricots-là, ces haricots sont en quelque sorte sacrés. (Cliquez sur le lien pour l’histoire d’Annick Boidron).

En prenant un peu de recul, il n’est non plus pas impossible de penser que les entreprises de vente de semences d’antan, aient recours à ce genre de stratagème pour booster les ventes … qui sait ?

Si la culture de ce haricot vous tente, je peux fournir quelques graines
à l’adresse :

gilbert.ost@actubotte.be

Catégories
Beaumont

Le tri Bèneu, une histoire de bière.

La Taverne du Tri Bèneu ouverte le 2 juillet !

Deux jeunes chevrotins, Adrien et Mallo ont acheté un bâtiment à la rue du Trieu-Benoit à Sivry. Une rue qui a connu une activité économique importante. Ce bâtiment a une longue histoire dans le monde brassicole. En effet, la bâtisse a abrité la brasserie Daublain jusqu’en 1924.

Près de 100 ans après, Adrien et Mallo vont redonner vie au bâtiment dans un esprit de « retour aux sources » en ouvrant une taverne portant le nom de Tri-Bèneu. Pourquoi Tri-Bèneu, cette réponse, vous pourrez la trouver dans la revue « Gâte et Vous » éditée par Christian Sol. En attendant la parution en août du numéro 2 du bulletin du village de Sivry, traitant du sujet, voici un avant-goût des infos que vous y trouverez : 

« Le Val Benoit est le nom qu’on attribue à l’ancienne brasserie Daublain depuis que celle-ci a été transformée en immeuble à appartements, accompagné d’un café-restaurant-hôtel. Le tout est situé à la rue du Trieu-Benoit, une rue qui, autrefois, a connu une activité économique brillante non seulement avec la brasserie mais aussi avec la filature Robinet …Il ne fait presqu’aucun doute que la ferme d’origine a été construite par la famille Daublain. En tout cas, c’est cette famille qui l’a occupée à partir de 1704. Trois générations de fermiers : Gilles, puis Pierre (1701-1769) et enfin Thomas Daublain (1746-1832). C’est un des fils de ce dernier, Jean-Baptiste (1776-1844), qui va créer la brasserie vers 1813. Trois générations de Daublain vont lui succéder : Jean-Baptiste fils (1812-1898) et son frère Thomas (1818-1880), célibataire, puis Constant (né en 1849), Fernand (1851-1928) et Achille (1864-1930), et enfin Henry (1891-1963), fils de Fernand. Ce dernier aura 2 filles : Annette et Nicole. Cette dernière restera dans l’immeuble et sera vendu en 1997. La famille Daublain a été une des familles les plus en vue à Sivry. On y menait grand train. Des réceptions importantes y avaient lieu régulièrement auxquelles d’importants personnages de la région étaient invités ».

La taverne, le tri Bèneu sera ouverte le 2 juillet, cette ouverture coïncide avec le quart de finale de l’équipe Belge à la coupe d’Europe des nations de football. Soyez sans crainte des écrans seront installés, vous pourrez de la sorte profiter d’une bonne bière et on l’espère, assister à la victoire des Belges face à l’Italie.

           La carte est bien étoffée, les bières régionales y prennent une belle place .

Pour info, l’espace assez important a permis à Adrien et Mallo de mettre en place les conditions utiles au respect des mesures sanitaires en vigueur.

Catégories
Beaumont Botte du Hainaut Chimay Froidchapelle Momignies Sivry-Rance

Chemins et sentiers à Sivry-Rance

Balade virtuelle de la Gâte d'Or

Pentecôte 2021 !

Les ducasses à Sivry… c’est sacré ! C’est ainsi que durant la rénovation du centre de Sivry en 2007, la ducasse de la Pentecôte s’est tenue au bon milieux des gravats et engins de chantier. Rien n’arrête les chevrotins et chevrotines.

Travaux Sivry

La preuve en est donnée cette année, pas d’attractions foraines mais, pas question de ne rien proposer à la population. Pour ce faire, Laure Sainthuile présidente de La Confrérie de la Gâte d’Or aidée par quelques membres de la Confrérie et notamment Christian Sol historien local (membre fondateur de la Confrérie), propose une balade sur le thème de la découverte des chemins de terre communaux oubliés entre Sivry et Grandrieu..

Le parcours propose deux variantes 8 et 11 km.
Pour rendre la balade attrayante une brochure propose avec le tracé du parcours, une description du chemin à emprunter, et des informations sur différents points d’intérêts.

Ci-dessous quelques photos au hasard de la balade.

Deux petites activités à la fin du carnet.
À la fin du parcours un « mots croisés » donnera aux participants la possibilité de tester les informations qu’ils ont accumulées tout au long du parcours. Cela c’est pour les parents, mais les plus jeunes ne sont pas oubliés, ils sont invités à prendre des photos de trois cailloux blancs, d’une fleur jaune, réaliser un selfie devant l’étang, etc…

Les conditions d’accès à la balade.
La balade de la Confrérie est entièrement gratuite. Elle peut se faire à tout moment il vous suffit de télécharger la brochure explicative. Toutefois, cette découverte des chemins oubliés de Sivry doit se faire dans le strict respect des directives sanitaires au moment de votre balade, c’est une histoire de … bulles.

Brochure explicative

Rendez-vous sur la page Facebook de la Confrérie pour poster vos images.

Catégories
Beaumont Botte du Hainaut Chimay Froidchapelle Momignies Sivry-Rance

Le Hainaut sous la loupe.

Image illustration stat

Tradition oblige !
Hainaut Développement a pris l’habitude d’éditer annuellement un état des lieux de la Province du Hainaut. Un dépliant « La province du Hainaut en quelques chiffres» propose une image tant sociale qu’économique de la Province. Pour les férus de statistiques, l’évolution socio-économique du Hainaut, la population, les revenus, l’emploi, les entreprises, le PIB, les investissements, exportations, l’agriculture, la santé de la population sont passés au crible. Ces chiffres, sont disponibles par commune ainsi qu’une fiche descriptive personnalisée pour chacune des 69 entités du Hainaut

C’est ainsi qu’à Sivry-Rance, on note que :
L’espérance de vie pour les femmes est 81,07 ans, tandis qu’elle est de 74,19 ans pour les hommes.
La part des bâtiments construits avant 1946 est des 65,8 %, et la part des bâtiments construits en 2002 et après est de 10%.
Le nombre d’habitants pour un médecins et surtout pour un kinésithérapeute est en dessous de la moyenne provinciale.
Par contre, le nombre d’habitants pour un infirmier est au dessus de la moyennes provinciale.
La part des agriculteurs dans la population des indépendants est de 24,2% alors que la moyenne provinciale est de 9,0 %

Ces documents s’adressent aux citoyens, aux étudiants, aux chercheurs, aux entrepreneurs et aux décideurs avec comme objectif de susciter les débats, réflexions analytiques, partage d’idées et collaborations sur ces réalités chiffrées.

Si pour votre entité ces chiffres vous intéressent cliquer ici et ensuite consulter l’onglet : Votre commune en un clic.

Catégories
Beaumont Botte du Hainaut Chimay Cuisine Froidchapelle Momignies Produit du terroir Sivry-Rance

Devenez coopérateurs !

La botte paysanne

Objectifs de la coopérative.

La Botte Paysanne est une Coopérative à finalité sociale, elle rassemble des producteurs paysans. L’objectif de la Coopérative est la vente directe de produits locaux par les producteurs eux-mêmes. Ces producteurs participent au soutien et au développement d’une agriculture paysanne bio et locale tout en garantissant une nourriture saine et respectueuse de l’environnement et, un revenu équitable à leurs labeurs.

Vous appréciez les produits laitiers, les viandes, les glaces et sorbets des producteurs ? 

Ils ne sont pas à leur avantage dans les frigos et congélateurs de récupération qui ont fait leur temps ! La Coopérative a décidé de les remplacer par du matériel plus économe en énergie, plus joli, plus pratique. Pour ce faire, elle fait appel à votre collaboration pour cet achat important et devenez Coopérateur… à partir de 100€ (= 1 part). 

Attention : ce n’est pas un don, mais un prêt (déductible fiscalement à 45%) qui permettra d’éviter la banque ou de mettre la trésorerie en péril (le paiement des factures des producteurs est privilégié). 

Le souhait de la coopérative.

Il vous est demandé simplement de ne pas reprendre le montant de votre/vos part(s) avant 2 ans afin de ne pas déstabiliser le budget. Vous devenez ainsi Coopèr’Actrice/Coopèr’Acteur, vous participez au développement du comptoir paysan local bio, vous placez votre argent à bon escient et finalement, à un meilleur rendement que dans une banque !  

Pour infos :