Catégories
Beaumont Botte du Hainaut Chimay Froidchapelle Momignies Sivry-Rance

Chemins et sentiers à Sivry-Rance

Balade virtuelle de la Gâte d'Or

Pentecôte 2021 !

Les ducasses à Sivry… c’est sacré ! C’est ainsi que durant la rénovation du centre de Sivry en 2007, la ducasse de la Pentecôte s’est tenue au bon milieux des gravats et engins de chantier. Rien n’arrête les chevrotins et chevrotines.

Travaux Sivry

La preuve en est donnée cette année, pas d’attractions foraines mais, pas question de ne rien proposer à la population. Pour ce faire, Laure Sainthuile présidente de La Confrérie de la Gâte d’Or aidée par quelques membres de la Confrérie et notamment Christian Sol historien local (membre fondateur de la Confrérie), propose une balade sur le thème de la découverte des chemins de terre communaux oubliés entre Sivry et Grandrieu..

Le parcours propose deux variantes 8 et 11 km.
Pour rendre la balade attrayante une brochure propose avec le tracé du parcours, une description du chemin à emprunter, et des informations sur différents points d’intérêts.

Ci-dessous quelques photos au hasard de la balade.

Deux petites activités à la fin du carnet.
À la fin du parcours un « mots croisés » donnera aux participants la possibilité de tester les informations qu’ils ont accumulées tout au long du parcours. Cela c’est pour les parents, mais les plus jeunes ne sont pas oubliés, ils sont invités à prendre des photos de trois cailloux blancs, d’une fleur jaune, réaliser un selfie devant l’étang, etc…

Les conditions d’accès à la balade.
La balade de la Confrérie est entièrement gratuite. Elle peut se faire à tout moment il vous suffit de télécharger la brochure explicative. Toutefois, cette découverte des chemins oubliés de Sivry doit se faire dans le strict respect des directives sanitaires au moment de votre balade, c’est une histoire de … bulles.

Brochure explicative

Rendez-vous sur la page Facebook de la Confrérie pour poster vos images.

Catégories
Sivry-Rance

Nature généreuse !

Qui n’a pas de jardin à la campagne !

Pour la plupart d’entre nous, nous achetons chaque année nos graines en grande surface. Hélas, sur de plus en plus de paquets de semences, la mention F1 est présente. Ces F1 n’ont rien à voir avec ces bolides pilotés par Lewis Hamilton ou Max Verstappen. Non, les semences de variétés hybrides F1 produisent une première génération de légumes très homogènes, mais ne sont pas reproductibles de génération en génération.
Heureusement des coopératives comme Cycle en Terre ou des associations comme Kokopelli se battent pour la vente ou la distribution de semences libres de droits et surtout stables contrairement aux hybrides F1.

Mais au-delà de toutes ces considérations éthiques et financières, la nature est généreuse et nous offre le plus grand des potagers qu’il soit, il suffit de baisser les yeux.

Au CEFOR à Namur Lucille Quataert et Lionel Raway dispensent une formation de cuisine sauvage. Le cours commence sur le terrain pour une découverte des caractéristiques (botaniques et médicinales) de la plante. En cuisine, les professeurs nous invitent à une découverte culinaire.

Ce qui est vraiment appréciable, c’est que si vous êtes attentifs, ces … mauvaises herbes se trouvent à vos pieds soit dans votre jardin ou votre prairie !
Ci-dessous un aperçu de quelques unes des plantes utilisées en cours.
Vous pouvez en cliquant sur l’image du plat (*), découvrir la recette réalisée.
Bonne découverte, mais si vous avez l’envie de reproduire l’un de ces plats, soyez CERTAIN de l’identification de la plante que vous allez utiliser, car parfois la confusion est possible et … risquée !

Ficaire
Endive à la ficaire et à l'orange
Ail des ours (Allium ursinum)
Ballotine d'escargot à l'ail des ours
Oeuf toqué et espuma d'ail des ours (*)
Egopode (Aegopodium podagraria)
Cabillaud sauce au chèvre, espuma d'agrumes et pousses d'égopode (*)
Tussilage (Tussilago farfara)
Fleurs de tussilage sautées
Tanaisie (Tanacetum vulgare)
Samossas à la Tanaisie (*)
Berce (Heracleum)
Velouté aux feuilles de berce (*)

(*) Recette disponible

Catégories
Beaumont Botte du Hainaut Chimay Froidchapelle Momignies Sivry-Rance

Le Hainaut sous la loupe.

Image illustration stat

Tradition oblige !
Hainaut Développement a pris l’habitude d’éditer annuellement un état des lieux de la Province du Hainaut. Un dépliant « La province du Hainaut en quelques chiffres» propose une image tant sociale qu’économique de la Province. Pour les férus de statistiques, l’évolution socio-économique du Hainaut, la population, les revenus, l’emploi, les entreprises, le PIB, les investissements, exportations, l’agriculture, la santé de la population sont passés au crible. Ces chiffres, sont disponibles par commune ainsi qu’une fiche descriptive personnalisée pour chacune des 69 entités du Hainaut

C’est ainsi qu’à Sivry-Rance, on note que :
L’espérance de vie pour les femmes est 81,07 ans, tandis qu’elle est de 74,19 ans pour les hommes.
La part des bâtiments construits avant 1946 est des 65,8 %, et la part des bâtiments construits en 2002 et après est de 10%.
Le nombre d’habitants pour un médecins et surtout pour un kinésithérapeute est en dessous de la moyenne provinciale.
Par contre, le nombre d’habitants pour un infirmier est au dessus de la moyennes provinciale.
La part des agriculteurs dans la population des indépendants est de 24,2% alors que la moyenne provinciale est de 9,0 %

Ces documents s’adressent aux citoyens, aux étudiants, aux chercheurs, aux entrepreneurs et aux décideurs avec comme objectif de susciter les débats, réflexions analytiques, partage d’idées et collaborations sur ces réalités chiffrées.

Si pour votre entité ces chiffres vous intéressent cliquer ici et ensuite consulter l’onglet : Votre commune en un clic.

Catégories
Sivry-Rance

D’ici et d’ailleurs, mais surtout d’ici

Nos emplettes sont nos emplois, cet adage prend tout son sens avec les changements économiques et climatiques actuels.

Acheter malin !
Du point de vue écologique et économique est-il utile d’acheter en hiver fraises et tomates ? Ces fruits et légumes ont parcouru des milliers de kilomètres pour terminer dans votre assiette. Ne serait-il pas judicieux en hiver de se contenter d’acheter fruits et légumes de saison produits localement ?

Faut-il devenir locavore ?
Pour rappel, le Petit Larousse illustré donne la définition suivante du locavore
« personne qui décide de ne consommer que des fruits et légumes locaux et de saison pour contribuer au développement durable ».
Soyons réalistes nous ne pourrons jamais nous passer de thé, de café, de chocolat, ni des épices qui viennent d’ailleurs pour agrémenter notre cuisine.
Mais, consommer des produits issus d’une production locale raisonnée, durable et écologique semble être la direction souhaitable pour intensifier cette économie circulaire dont il est actuellement beaucoup question.

Où acheter ces produits issus d’une production locale ?
Bien évidemment rien ne vous empêche de passer d’un producteur à l’autre pour faire vos achats, mais cette façon de faire va un peu à l’encontre d’une démarche écologique prônant la limitation des déplacements et ainsi l’impact carbone qui en découle.

Où faire les achats ?
Les grandes surfaces proposent du bio, ils ont mesuré le potentiel de « l’étiquette Bio ». Mais, quand il s’agit de traçabilité du produit, c’est une autre histoire !
Heureusement, des petits commerces proposent de nombreux produits « circuits de proximité » et là, traçabilité n’est pas un vain mot. Tous les producteurs sont connus du commerçant.

D'ici et d'ailleurs

Un bel exemple à Rance et, le détour en vaut la peine !
À Rance dans son magasin « D’ici et d’ailleurs » Muriel Colas propose un beau choix de produits locaux. Une belle façon de minimiser les déplacements.
Voici le détail des produits proposés actuellement : 

Beurre, yaourt et fromage de la ferme de l’Etablissement à Sivry et Fromages de la ferme des Quewys à Froidchapelle.

D'ici et d'ailleurs

Les jus de pommes de la ferme Légat à Estinnes.

D'ici et d'ailleurs

Les farines du moulin de Tromcourt.

D'ici et d'ailleurs

Les glaces du Terniau à Vergnies.

D'ici et d'ailleurs

Mais aussi, les
Pâtes à tartiner et riz au lait de la ferme de la Plagne.
Les chèvres du Chevret Chimacien de Rièzes.
Les charcuteries des salaisons du pont des Amours à Dinant.
Escavêche, saumon fumé, filet de truite d’Escavir à Olloy sur Viroin.
Les foies gras et terrines de la ferme de la Sauvenière à Emptinnes.
Du miel produit à Froidchapelle.
Les escargots de Seloignes et Warnant.
Les bières artisanales de l’Aubéole d’Estinnes.
Les alcools et spiritueux de DD Spiritueux à Jumet.
Les confiseries, cuberdons et nougats des Rois du Cuberdons.
Les savons et shampooings solides de la Petite Sorcière à Baileux.
Les Epices du Comptoir Africain d’Estinnes

Pour limiter le gaspillage des emballages « D’ici et d’ailleurs » vous fournit des produits en vrac tels que produits secs, gel douche, produit de vaisselle, lessive, adoucissant sans oublier un superbe … porto artisanal.

D'ici et d'ailleurs

Depuis peu, un rayon à la découpe propose des fromages, des pâtés et charcuteries bios d’ici, bien meilleurs que ceux d’ailleurs (on parle ici d’impact carbone, bien évidemment) !

D’ici et d’ailleurs
Rue des Combattants, 8
6470 Rance
00 32 60 21 91 84

Catégories
Sivry-Rance

L’économie circulaire !

L’économie circulaire est un nouveau modèle économique.
L’économie circulaire vise à dépasser le modèle économique linéaire consistant à extraire, fabriquer, consommer et jeter. Dans cette optique d’économie circulaire, la notion d’économie se veut plus « écologiquement vertueuse ». Les modèles économiques classiques basent le développement économique sur une production de richesse engendrant immanquablement une altération des ressources.

Economie circulaire

Comment réaliser cette économie circulaire ?
Une telle économie fonctionne en boucle, se passant ainsi de la notion de « déchet ». Son objectif est de produire des biens et services tout en limitant fortement la consommation et le gaspillage des matières premières.

Quel est le maître d’œuvre ?
Dans cette réflexion, le citoyen a son mot à dire. Ne soyons pas utopiques, les décisions se prendront à un autre niveau. Mais en matière de consommation, le citoyen peut apporter sa pierre à ce bel édifice de modèle d’économie circulaire. La démarche consiste à privilégier les commerces favorisant cette économie circulaire.

Comment ?
Acheter à proximité en évitant un impact carbone lié aux transports, favoriser le concept de consigne ou le réemploi de certains emballages, privilégier les commerces proposant un cycle de seconde vie pour ses articles.

 

Mobilier recyclé
Cliquez sur la photo

L’ économie circulaire a-t-elle un avenir ?
La pandémie liée au Covid19 perturbe la population et fait réfléchir. Chacun se tourne vers le voisin pour l’observer et voir comment il réagit. À cette occasion, les pays nordiques sont cités en exemples dans plusieurs domaines.

La tendance actuelle qui se dessine est l’écoconception.
L’écoconception est une approche en développement dans tous les esprits depuis une trentaine d’années mais, principalement en Europe du Nord. Immanquablement cette écoconception va engendrer une transition. Qu’il s’agisse de production de bien ou de service. Une transition énergétique est en marche. Elle va occasionner une modification profonde des modes de production et de consommation des énergies.

                   L’économie circulaire y sera peut-être pour quelque chose !